mercredi 17 septembre 2014

Thibaut Vauchel-Camus qualifié pour la Route du Rhum

Ce vendredi 11 septembre après-midi, le Class 40 Solidaires En Peloton est revenu à Saint-Malo après avoir bouclé les mille milles de qualification en solitaire obligatoires pour être présent au départ de la Route du Rhum, destination Guadeloupe, en moins de cinq jours. Pour Thibaut Vauchel-Camus, cette expérience s’est avérée particulièrement riche puisqu’il a pu se confronter notamment avec Halvard Mabire et Miranda Merron, deux têtes d’affiches du circuit. Pendant ce temps, à terre, Victorien Erussard continue de mobiliser les mécènes partenaires.
Fatigué par une dernière nuit sans sommeil, mais heureux, Thibaut Vauchel-Camus avait nombre de raisons de se réjouir à l’arrivée de son parcours de qualification. Tout d’abord, pour sa première expérience du large en solitaire, il a réussi à trouver assez rapidement un rythme convenable, arrivant à concilier temps nécessaire de sommeil et veille sur le pont.
De plus, il a pu constater tout le potentiel de sa machine puisque sur le parcours entre Saint-Malo et Wolf Rock effectué de conserve avec Philippa Etton, mais surtout Halvard Mabire et Miranda Merron, il a pu contourner cette première marque de parcours avec une petite dizaine de milles d’avance. Même s’il ne faut pas s’emballer, le test est rassurant. Ces cinq jours ont donc été riches d’enseignements et vont marquer une étape dans sa préparation de la Route du Rhum.
Un skipper motivé, un tandem soudé autour d’une cause qu’ils souhaitent défendre au mieux, le projet Solidaires En Peloton est sur de bons rails.

Thibaut Vauchel-Camus : « C’était vraiment intéressant. Je crois que j’ai franchi un palier. J’ai appris beaucoup de choses sur le rythme à tenir, sur le bon équilibre entre l’énergie qu’on doit mettre et la nécessité de ne pas se mettre dans le rouge. J’ai aussi pu m’alimenter correctement… Enfin, le bateau va vraiment bien. Il va falloir maintenant être à la hauteur des ambitions du projet. »
Victorien Erussard : « C’est évident que, quand je verrai Thibaut partir le 2 novembre, j’aurai un pincement au cœur. Mais c’est un vrai projet collectif que nous menons et le plaisir de se retrouver ensemble sur Les Sables – Horta puis la Transat Jacques Vabre n’en sera que plus grand. »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire